Les qualités de l’arbitre | Blog Arbitre

26Un arbitre doit posséder…toutes les qualités ! Nous n’exagérons rien en affirmant ceci car, aux yeux de tous (joueurs, entraîneurs, dirigeants, spectateurs, journalistes…), l’arbitre doit être INFAILLIBLE, c’est à dire

qu’il ne doit jamais (ou très peu !) se tromper. La perfection chez l’homme n’existant pas, on peut néanmoins dire que « le meilleur arbitre sera celui qui fera le moins d’erreurs possible » et, qu’en règle générale, un bon arbitrage devrait être celui qui laissera les deux équipes (le vainqueur et le vaincu) satisfaites à la fin de la rencontre !

Voici ci-après les principales qualités que doit posséder un arbitre :

1. Le Sens de la Responsabilité

Un arbitre, comme l’exige sa fonction, doit être un homme responsable. En effet, diriger une rencontre, quelque soit son niveau ou son enjeu, est une chose sérieuse, une lourde responsabilité. L’arbitre peut être comparé au maître dans sa classe. Il est non seulement responsable de « l’ambiance générale », mais aussi du succès et de l’échec de ses élèves.

Ainsi donc, l’arbitre doit être à la hauteur de la tâche qui l’attend et qu’il doit complètement assumer afin de mériter la confiance et gagner le respect de toutes les équipes, lesquelles se préparent et ont la victoire pour objectif (Connaît-on des équipes qui viennent jouer…pour perdre ?). Son premier devoir sera donc de prendre sa mission avec le plus grand sérieux…sans toutefois se prendre lui-même au sérieux !

Enfin, l’arbitre ne doit jamais oublier qu’il est, sur le terrain, le « représentant officiel » de la Fédération Internationale (et de sa propre Fédération Nationale) et que cela constitue à la fois un honneur, un devoir et …de nombreuses responsabilités. Antoine de Saint-Exupéry avait-il donc raison de dire : « Chacun est seul responsable de tous ».

2. Le Professionnalisme

On peut définir l’arbitre comme étant « un vrai amateur qui doit se comporter comme un authentique professionnel ». Cela veut dire qu’il doit faire beaucoup de sacrifices du côté de sa famille (éloignement), de son travail (congé pris sur ses vacances), de ses loisirs…

Il doit également consacrer suffisamment de temps à sa préparation physique et ne jamais la négliger ou la bâcler.

De plus, l’arbitre devra donner la meilleure impression de lui-même : ça consiste d’abord à accorder une très grande importance à sa présentation et à sa façon de s’habiller sur le terrain et à l’extérieur de celui-ci (cravate et veste obligatoires, uniforme d’arbitre propre et repassé, barbe rasée, cheveux peignés…). D’autre part, l’arbitre est tenu de surveiller son langage, sa façon de parler et de s’adresser aux autres, son comportement général, ses attitudes…ainsi que les lieux qu’il fréquente. En aucun cas, il ne doit oublier qu’il est un « homme public » , qu’il doit être le meilleur parmi les meilleurs et servir d’exemple à tous, car il appartient à UN CORPS et il est membre d’une institution et, par conséquent, il sera jugé et apprécié (ou déprécié) selon l’image qu’il donne de lui et l’impression qu’il dégage de sa personne ! Enfin, la PONCTUALITE sera l’une de ses principales caractéristiques : il arrivera toujours AVANT les autres et s’en ira APRES s’être assuré que sa MISSION est complètement terminée, à l’instar du capitaine d’un bateau ou du commandant de bord de l’avion… !

En un mot, à partir du moment où l’arbitre accepte, par son engagement en début de saison, d’être rémunéré (même modestement !), il devient

« professionnel » et il en endosse le statut, avec les droits et les devoirs y afférents.

En résumé, on peut donc dire que l’arbitre ne doit rien laisser au hasard et que TOUT doit être minutieusement préparé, jusqu’au moindre détail.

3. L’Honnêteté

Ce serait presque un pléonasme de dire « Un arbitre honnête ». Le mot « arbitre », à lui seul, devrait suffire à évoquer cette qualité. Pourrait-on en effet imaginer un seul instant qu’un JUGE puisse être corrompu ou malhonnête ? Aussi, avant de se lancer dans la carrière d’arbitre, on doit d’abord être convaincu du sens profond de sa mission qui pourrait se récapituler aux mots suivants : Vérité, Justice, Equité, Intégrité, Incorruptibilité, Droiture, Probité, Vertu, Impartialité…Ménandre (Poète Grec de l’Antiquité) ne disait-il pas à ce propos : « l’honnêteté est au dessus des lois mêmes ».

4. Le Courage

Henry de Montherlant affirmait ceci : « Je n’imagine pas le génie sans le courage » et nous, nous ne concevons pas un Arbitre qui serait dépourvu de cette qualité essentielle. Car, rien ne sert d’avoir un sifflet dans la bouche si on n’a pas le courage de s’en servir « quand il faut, où il faut, comme il faut ».

Aujourd’hui, l’Arbitre est soumis à toutes sortes de pressions, de la première à la dernière seconde de la rencontre, voire même…avant et après ! Il lui arrive d’être harcelé de toutes parts. Aussi, il doit se sentir capable de prendre des décisions contre n’importe qui et quelque soit le moment du match, sans tenir compte du score, du temps qui reste à jouer, de l’ambiance ou d’aucun autre facteur.

L’Arbitre courageux (à la différence de « l’arbitre-maison ») sera donc celui qui n’aura pas peur de siffler par exemple une faute contre l’équipe locale, à la dernière seconde de la partie, même si cette décision risque de causer la défaite de cette équipe. Certes, cela pourrait lui valoir une sortie difficile et mouvementée, mais ça n’a jamais été un déshonneur pour personne d’avoir fait son devoir et d’avoir été jusqu’au bout de son courage… !

L’arbitre courageux sera aussi celui qui n’hésitera pas un seul instant à sanctionner (s’il le mérite, bien sûr) tout joueur coupable d’une infraction (vedette locale, entraîneur excité, dirigeant indiscipliné…). Il signalera également sur la feuille de marque tout incident survenu avant, pendant ou après la rencontre, sans omettre d’envoyer (le plus tôt possible pour éviter…d’éventuelles pressions !) un rapport (à sa Fédération) qui sera rédigé avec le maximum de PRECISION et d’OBJECTIVITE, sans la moindre indulgence, le tout en son âme et conscience.

Mais, pour qu’il puisse faire son travail convenablement et avec le minimum de risques pour lui et pour ses collègues, c’est à dire dans la sérénité et sans crainte pour sa sécurité, l’arbitre devra prendre certaines précautions et s’assurer des garanties en cas de décision courageuse de sa part. Aussi, il s’assurera préalablement que le service d’ordre est en nombre suffisant et qu’il est vigilant et neutre pour lui permettre, en cas d’incidents, de quitter le stade en toute tranquillité (Il ne faut pas oublier ici le rôle important que doit jouer la Fédération ou la Ligue Nationale – par l’intermédiaire du Commissaire Technique et/ou du Délégué fédéral – ainsi que du dispositif policier mis en place).

5. La Compétence

Paul VALERY disait : « Un homme compétent est un homme qui se trompe selon les règles ». D’ailleurs, ce terme englobe plusieurs choses : le savoir-faire, le savoir-être, le savoir-vivre, les capacités physiques, intellectuelles et morales, la connaissance du Règlement de jeu, la personnalité…

En effet, nul ne pourra réussir dans ce difficile « métier » qu’est l’arbitrage s’il ne connaît pas à fond le sport qu’il pratique et qu’il avait pratiqué, en tant que joueur, dans le passé. Bien entendu, il faudrait d’abord connaître le code de jeu (c’est le Livre de chevet de l’arbitre !) et surtout BIEN l’appliquer, c’est à dire sans aucune complaisance ou sympathie particulière.

Pour être constamment à la hauteur de sa tâche, l’arbitre devra toujours se préparer, en se mettant au courant de tout (modifications du Règlement de jeu, documentation écrite et audio-visuelle, techniques et tactiques de jeu modernes…) et en cherchant à progresser, à faire encore mieux, à se corriger au fil des matchs, à se remettre en question, en se perfectionnant et en se recyclant…

6. La Modestie & la Discrétion

Victor HUGO affirmait que « la modestie argente l’or ». L’arbitre doit savoir une chose, c’est que ce n’est pas lui que les spectateurs sont venus voir pendant la rencontre ! Autrement dit, ce sont les joueurs, sur le terrain, qui font le spectacle. Ceci implique que l’arbitre doit passer inaperçu (sur le terrain et au dehors). Et pour atteindre cet objectif, il devra d’abord éviter tout ce qui attire l’attention dans sa façon de s’habiller, de parler ou de se comporter en général…

De plus, il devra faire preuve d’humilité, en toutes circonstances, tout en restant POLI, COURTOIS et…MODESTE !

Et si, à la fin de la rencontre, on vient le féliciter pour sa prestation, il se gardera d’avoir « la grosse tête » et répondra tout simplement : « Merci, je n’ai fait que mon devoir », puis il se remettra à l’ouvrage pour revoir ses erreurs, pour s’amender et…pour mieux faire au prochain match !

7. La Présentation & la Prestance

L’arbitre doit savoir COMMUNIQUER. Pour ce, il doit impérativement soigner son IMAGE. Ceci est très important s’il veut que sa carrière dure le plus longtemps possible et qu’il laisse à tous une idée positive.

Aussi, à tout moment, il devra dégager une impression de PROFESSIONNALISME et de RIGUEUR. Cela suppose que sa tenue doit être correcte et propre et que rien, absolument rien, ne doit être négligé. Pour lui, le jour du match sera indiscutablement UN JOUR DE FETE et il devra accorder toute l’importance qu’il mérite à cet événement exceptionnel !

C’est donc en véritable GENTLEMAN qu’il assumera sa fonction, et ce, quelque soit la rencontre qu’il aura à diriger…

8. La Psychologie & la Pédagogie

L’arbitre n’est pas un gendarme sur le terrain. Son rôle est aussi celui d’un EDUCATEUR qui aide les joueurs à progresser, qui leur apprend à respecter les lois, à faire preuve de civisme et de savoir-vire, à être fair-play…Il contribue en quelque sorte (à l’instar de l’entraîneur ou du dirigeant dont il complète le travail sur le terrain) à leur formation technique, morale et humaine.

Tout cela sera fait sans agressivité, sans haine ou animosité mais avec…SOURIRE et FERMETE (« Il n’y a que les personnes qui ont de la fermeté qui puissent avoir une véritable douceur » ; La Rochefoucauld).

Noureddine TABOUBI

* Professeur à l’Institut Supérieur du Sport et de l’Education Physique
de l’Université de Tunis
* Arbitre International Honoraire FIBA et FFBB
* Entraîneur Régional FFBB
* Instructeur & Commissaire technique

Digg Digg

Une réponse à “Les qualités de l’arbitre | Blog Arbitre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *