Alhambra Nievas, première arbitre de rugby féminin à arbitrer un test-match masculin

Découvrez la gagnante du titre de meilleur arbitre aux World Rugby Awards 2016, Alhambra Nievas

Alhambra Nievas, meilleure arbitre de la planète en 2016, a arbitré le tournoi des VI Nations

Associer rugby et féminité, ça ne saute pas forcément aux yeux. Le rugby féminin existe, mais il ne bénéficie pas d’autant de visibilité que celui pratiqué par les hommes. De plus, les rôles sont encore très cloisonnés. Ces dernières sont cantonnées au terrain, rarement au banc de touche. Une Espagnole est pourtant  en train de dynamiter les lignes. Il s’agit d’Alhambra Nieves.

Ancienne joueuse professionnelle, elle s’est reconvertie dans l’arbitrage. Étonnant, non ? Mais ce n’est pas tout. Elle est devenue arbitre professionnelle, a officié lors de rencontres du tournoi féminin des VI Nations et a été élue meilleure arbitre de la planète en compagnie de Rasta Rasivhenge au World Rugby Awards 2016. Retour sur un parcours exceptionnel.

Joueuse pro, diplômée d’université, puis arbitre

Née à Grenade en 1983, Nieves a toujours eu une âme de sportive. Elle pratique tour à tour le volley, le karaté, le basket, le tennis et même le football. Elle se met finalement au rugby à 19 ans, sport qu’elle pratiquera tout au long de son cursus à l’université.

Elle enchaîne ensuite onze saisons en pro qui la mèneront jusqu’à la sélection nationale. En parallèle, elle fait des études à l’Université de Malaga, où elle sortira avec un diplôme d’ingénieur en télécommunication.

Alors qu’elle évolue en pro, elle commence une carrière d’arbitre et gravit les échelons nationaux jusqu’à devenir arbitre internationale (voir ici comment devenir arbitre de rugby). Après avoir dirigé des rencontres en Espagne et des matchs internationaux féminins, elle décide d’arrêter sa carrière de joueur et de se consacrer exclusivement à l’arbitrage.

Nievas bénéficie d’un contrat semi-pro offert par le World Rugby ainsi que des aides de la fédération espagnole. Elle vit donc pleinement du rugby et est même devenue la première personne de nationalité espagnole à vivre de ce sport.

Alhambra Nievas et Rasta Rasivhenge, élus arbitres de l'année par le World Rugby
L’Espagnole Alhambra Nievas et le Sud-Africain Rasta Rasivhenge nominés dans la catégorie « Meilleur arbitre » au Wolrd Rugby Awards 2016

Un parcours majuscule fait de grandes premières

De ses débuts au sifflet jusqu’à la consécration de 2016, son parcours a été linéaire. Alhambra Nieves a réussi à se faire un nom dans un monde essentiellement masculin. Voici quelques jalons de sa carrière d’arbitre :

  • 2012 : arbitre en division d’honneur masculine espagnole
  • 2013 : arbitre international féminin
  • 2013 : arbitre pour la première fois un match international de rugby à XV féminin : Nouvelle-Zélande/Samoa
  • 2014 : devient la troisième femme à arbitrer la finale de la Coupe du Roi (Quesos Entrepinares/Bathco Independiente
  • 2014 : arbitre deux rencontres de la Coupe du monde de rugby féminine 2014
  • 2015 : arbitre 3 rencontres du tournoi des VI Nations féminins
  • 2015 : nominée au World Rugby dans la catégorie « meilleur arbitre »
  • 2016 : arbitre la finale du rugby à 7 du tournoi olympique des JO de Rio
  • 2016 : arbitre le match Angleterre/Irlande lors de la troisième journée du tournoi des VI Nations féminins
  • Novembre 2016 : devient la première femme à arbitrer un test-match masculin : Tonga/USA au stade Anoeata de San Sebastian
  • 2016 : nommé meilleur arbitre de la planète, titre qu’elle partage avec Rasta Rasivhenge

Alhambra Nievas sera-t-elle la première femme à diriger un match des VI Nations masculin ? L’Espagnole n’en a jamais été aussi proche même si son parcours est encore long.

Toutefois, elle fait la fierté de son pays et confirme une tendance : l’Europe du sud est plus prompte à donner aux femmes les rôles qui devrait leur revenir.

Au Tournoi féminin des VI Nations 2016, tous les sélectionneurs étaient des hommes, à part celui de l’Italie qui était une femme : Andrea Di Giandomenico.

Julien Zerilli

Rédacteur sportif depuis 4 ans. J’aime raconter le football sous un angle épico-tactique. Chaque match est une bataille, chaque maillot est un étandard et chaque footballeur est un soldat. Vae Victis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *