Epreuves d'escalade

Escalade sportive : quelles sont les différentes épreuves ? Comment se déroulent-elles ?

L’escalade ne se limite pas à grimper des parois pour arriver en haut le plus vite possible. C’est un sport à part entière et, depuis 2020, une discipline olympique.

Les compétitions d’escalade se divisent en 3 spécialités : la vitesse, le bloc et la difficulté. Voici les caractéristiques de chacune d’entre elles.

Les 3 grandes disciplines de l’escalade sportive

Il y a 3 épreuves principales en escalade : la difficulté, le bloc et la vitesse. Elles nécessitent des aptitudes physiques et psychologiques très différentes.

Difficulté : une voie unique pour tout le monde

Elles se déroulent sur une voie unique, mesurant au minimum 15 mètres de long, 3 mètres de large et 12 mètres de haut.

Les grimpeurs s’élancent à tour de rôle. Le but est d’arriver en haut en un seul essai et en 8 minutes maximum.

Pour obtenir le score maximum, il faut accrocher une dernière dégaine au dernier mousqueton. Comme pour l’arbitrage au surf, les critères d’évaluation ont donc une part de subjectivité.

En cas d’égalité par exemple, la dernière prise sera évaluée : celui qui aura initié un mouvement vers la suivante sera déclaré vainqueur par rapport à un adversaire qui aura simplement tenu la prise.

Dans les épreuves de difficulté, les voies se font à vue. Les grimpeurs ne sont pas autorisés à voir ce que font les autres, et ce pour éviter que les derniers à s’élancer puissent apprendre des autres.

Bloc : l’épreuve la plus technique

Dans ce type d’épreuve, les athlètes doivent grimper des blocs, c’est-à-dire des pans de faible hauteur.

L’épreuve se déroule à vue : les grimpeurs n’ont aucune information préalable sur les blocs. De plus, les prises de départ et d’arrivée sont imposées. Sur chaque bloc, il y a aussi une prise bonus.

Chaque compétiteur dispose de 5 minutes (ou 4 minutes en finale) pour observer et grimper chaque bloc. Ensuite le classement est réalisé en fonction du nombre de blocs réussi.

En cas d’égalité, les athlètes seront départagés à la somme des essais tentés pour réussir les blocs ou au nombre de prises intermédiaires.

Les phases qualificatives ont souvent lieu en format « Contest ». Chaque compétiteur dispose d’un temps limité (2 ou 3 heures) pour grimper un maximum de blocs parmi ceux qui lui sont proposés.

À chaque bloc réussi, il marque 1 000 points, divisé éventuellement par le nombre de tentatives qu’il a fallu à l’athlète pour remplir les objectifs.

Vitesse : course en un-contre-un

Les compétitions de vitesse se déroulent en un-contre-un sur 2 voies absolument identiques. Le but est d’arriver le premier en haut. Les concurrents sont départagés au temps. Si l’un d’entre eux tombe avant d’arriver au sommet, il est éliminé.

Les tournois ont en général lieu en deux phases : qualifications et éliminations directes. À l’issue de la 1re phase, un certain nombre de grimpeurs sont qualifiés. Ensuite, en élimination, le premier sera contre le dernier, le 2e contre l’avant-dernier et ainsi de suite.

Escalade sportive

Compétitions d’escalade : les plus grandes épreuves

Jusqu’en 2007, les épreuves sportives étaient placées sous l’égide de l’UIAA (Union Internationale des Associations d’Alpinisme). C’est désormais la fédération internationale d’Escalade qui s’en charge.

Le circuit mondial se présente sous deux formes : une coupe du monde annuelle par étape et un championnat du monde qui a lieu tous les deux ans.

Les championnats de zone ont aussi lieu tous les deux ans. La dernière édition du Championnat d’Europe a eu lieu à Moscou en novembre 2020. Aucun Français n’y a participé en raison de la situation sanitaire.

L’escalade sera présente aux JO de Tokyo comme sport additionnel. Elle n’est pas encore inscrite au programme officiel. Il y aura du bloc, de la difficulté et de la vitesse.

Chaque fédération nationale a ensuite la charge d’organiser des épreuves. En France, les compétition sont placées sous l’égide de la FFME (Fédération Française de Montagne et d’Escalade). Celle-ci s’occupe aussi de la formation des arbitres.

Les compétitions se tiennent soit en intérieur sur des murs d’escalades ou en extérieur, sur des parois permanentes ou provisoires.

Julien Zerilli

Rédacteur sportif depuis 4 ans. J'aime raconter le football sous un angle épico-tactique. Chaque match est une bataille, chaque maillot est un étandard et chaque footballeur est un soldat. Vae Victis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *