La rencontre entre la Belgique et l'Espagne au coeur d'un scandale d'arbitrage

Scandale d’arbitrage lors du match de qualification au Mondial de Rugby 2019 entre la Belgique et la Roumanie

Les équipes nationales de rugby espagnoles et belges sont au cœur de l’un des plus gros scandales d’arbitrage de l’histoire de l’ovalie. L’Espagne, qui a manqué sa qualification à la Coupe du Monde 2018, accuse l’arbitre roumain d’avoir sciemment aidé la Belgique, afin que l’Espagne perde sa place au Mondial au profit de… la Roumanie.

L’histoire a fait la une du journal espagnol Marca. Étant donné le peu d’appétence de la péninsule ibérique pour le rugby, cela permet de mesurer l’ampleur du scandale en Espagne.

Les joueurs de l'équipe d'Espagne ont été victime d'un problème d'arbitrage contre l'Espagne

Retour sur le contexte de Belgique-Espagne

Dans le Rugby Europe International Championship 2018, l’Espagne est 2èmeà l’entame de la dernière journée. La première place est occupée par la Géorgie. Les Espagnols ont 2 points de plus que les Roumains. Seuls les deux premiers sont qualifiés directement pour la Coupe du Monde. Le 3èmeaffrontera le Portugal pour un place en barrage face aux Îles Samoa.

Le match se dispute le 18 mars au stade du Petit Heysel à Bruxelles. Les Belges sont avant-derniers de leur poule. Ils n’ont gagné qu’une seule fois jusque-là. La victoire est donc à portée des Espagnols, d’autant qu’ils avaient largement battu les Diables Noirs au match aller (31-0). Fait très important : l’arbitre du match est un Roumain. Il s’appelle Vlad Iordachescu. En cas de défaite des Espagnols, c’est son pays qui participe à la Coupe du Monde.

L'arbitre Vlad Iordachescu est originaire de Roumanie
Vlad Iordachescu

Le calvaire de l’équipe d’Espagne de rugby

Le XV du Leon s’est incliné 18-10 dans un match où l’arbitrage, selon les dires des joueurs, a été très partisan. À la mi-temps, les Belges avaient déjà eu le droit à 11 pénalités, contre 2 seulement pour les Espagnols. À la fin du match, on était à 18 à 8.

Selon les Espagnols, il y a eu un nombre incalculable de fautes non sifflées alors que, pour l’équipe adverse, l’arbitre a fait preuve de beaucoup de zèle. Le sélectionneur ibérique Santiago Santos a accusé Iordachescu d’avoir cassé volontairement le rythme de la rencontre. Il déclarera dans la presse : « Notre jeu était sans arrêt coupé, les Belges profitaient de bien plus d’avantages ».

Jean Michel Aguirre, qui chargé des relations entre les clubs français et la fédération espagnole de rugby a aussi accusé l’arbitre d’avoir été très malhonnête dans sa gestion du match. Dans un entretien à l’Équipe, il revient sur le malaise et la frustration qu’il y avait dans le stade lors du match. Après le coup de sifflet final, les joueurs espagnols ont exprimé leur mécontentement et l’arbitre a dû rejoindre les vestiaires sous escorte.

Le match Belgique-Espagne a été émaillé d'incidents

La fédération espagnole dépose une réclamation

Après le match, la fédération espagnole de rugby a déposé une réclamation auprès de World Rugby, qui a autorité sur Rugby Europe, l’organisatrice du tournoi de qualification. Elle réclame que le match soit rejoué. Dans un communiqué du 23 mars, Rugby Europe annonce qu’une réunion téléphonique aura lieu le 26 mars entre les membres du board afin de faire la lumière sur cette affaire.

Le 26 mars, un autre communiqué explique qu’une nouvelle réunion aura lieu 3 jours plus tard. Le 29 mars, Rugby Europe a annoncé qu’elle reportait son verdict sans donner de plus de précision sur le délai.

À ce jour, aucune décision n’a été prise quant au fait de rejouer le match ou non. Du côté des Espagnols, la méfiance est de mise. D’autant qu’ils pourraient être sanctionnés, car les joueurs et le staff s’en sont pris à l’arbitre à la fin du match.

Dans la foulée du scandale, la fédération roumaine a été obligée de retirer à Vlad Iordachescu l’arbitrage du ¼ de finale du Challenge Européen entre Pau et le Stade Français. Et ce pour des raisons de sécurité. Le stade est à 80 km de la frontière espagnole et les Palois comptent dans leurs rangs un certain Charly Malié, qui joue pour la sélection ibérique.

Octavian Morariu, le président de Rugby Europe
Octavian Morariu, le président de Rugby Europe

Rugby Europe au cœur d’un conflit d’intérêts ?

Avant le match, la fédération de rugby espagnole avait tout fait pour pouvoir changer d’arbitre. Rugby Europe, dont le président Octavian Morariu est aussi roumain, n’avait rien voulu savoir.

Rugby Europe a tenté d’éteindre la polémique en affirmant de manière liminaire que les arbitres ont été désignés « en amont de la compétition par un comité indépendant et neutre de spécialistes (aucun membre du board de Rugby Europe) ».

Il n’en demeure pas moins que la suspicion est là. Un arbitre roumain, une institution présidée par un roumain qui refuse le changement d’arbitre avant le match, et une qualification de la Roumanie à la suite d’un match émaillé de décisions arbitrales plus que contestables. Il y a là tous les ingrédients d’un conflit d’intérêts.

Alors que le football est régulièrement éclaboussé par les scandales d’arbitrages (liés à la vidéo par exemple), le rugby se serait bien passé de cette mauvaise publicité. Reste à savoir ce que va décider World Rugby, qui a autorité sur Rugby Europe.

Julien Zerilli

Rédacteur sportif depuis 4 ans. J'aime raconter le football sous un angle épico-tactique. Chaque match est une bataille, chaque maillot est un étandard et chaque footballeur est un soldat. Vae Victis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *